Cueillettes Sauvages

Initiation aux plantes sauvages comestibles

Selon les moments et les possibilités, vous pourrez vous initier aux plantes sauvages comestibles via différentes activités :

Les balades botanico-gourmandes :

La meilleure façon d’apprendre les plantes, c’est d’aller les voir dans leur milieu, en compagnie de quelqu’un qui vous les présente. Je vous propose donc de me suivre en promenade, à la découverte gourmande des innombrables plantes comestibles de nos paysages.
 
Je vous apprendrai à reconnaître quelques espèces courantes et comment les manger.
Je vous guiderai avec une méthode d’exploration par les sens, qui vous permettra de rencontrer chacun de ces êtres verts, et de mémoriser plus facilement ce qui les caractérise.
 
A la suite de cette expérience, vos salades et petits plats pourront s’enrichir de quelques fleurs, fruits et feuilles sauvages…
Ce sera une expérience gustative, nutritive, et de reconnexion avec la flore nourricière que la Nature arbore !
 
Attention, effet secondaire déclaré : vous ne regarderez plus votre pelouse de la même manière ! 

Les ateliers cuisine des plantes sauvages :

L’étape suivante de la connaissance des plantes sauvages comestibles, c’est de savoir les cuisiner !
 
Il existe plein de manières de les préparer et autant de possibilités qu’il existe de saisons, de parties récoltées, de types de cueillettes, de contextes…
De la cuisine de bivouac avec les moyens du bord, aux préparations plus élaborées, l’imagination est la seule limite. La connaissance de quelques techniques peut vous permettre d’explorer les gourmandises botaniques à l’infini !
 
Des ateliers à thèmes vous seront donc proposés pour passer à la pratique et tester des recettes à base de plantes sauvages comestibles de saison ! Dégustation à la clé !
 
Attention, vous risquez d’attraper un virus : celui de tenter de faire manger des plantes à tous vos amis ! (Il se pourrait qu’ils se laissent contaminer…)

Autres prestations :

A la demande, je peux par exemple :
  • venir intervenir sur un lieu (privé, agricole, etc) pour identifier, inventorier et vous faire connaître les plantes sauvages comestibles de cet endroit ;
  • animer une présentation/mini conférence ou une activité sur une plante en particulier (ethnobotanique), sur la cueillette en général, ou tout autre sujet pertinent lors d’un événement…

Vos suggestions sont bienvenues !

Où ? Quand ? Comment ?

Pour connaître les événements prévus, leurs détails, et réserver votre participation, vous pouvez consulter la rubrique Actualités de ce site, ou la Page Facebook de Flora deliciosa
 
Vous pouvez aussi me contacter pour toute demande de précisions ou pour organiser une activité non déjà prévue sur le site. N’hésitez pas à me solliciter !
Découverte des plantes sauvages comestibles - de délicieuses Carottes sauvages (photo prise en Espagne lors de mon voyage à pieds)

Quelques bonnes raisons d’apprendre la cueillette sauvage

Manger des plantes sauvages ? Mais pourquoi, me direz-vous, si l’idée ne vous a pas encore effleuré. Voyons seulement ces quelques données anthropocentrées : 

Notre alimentation repose aujourd’hui sur quelques dizaines d’espèces végétales domestiquées (20 à 60 selon les sources, et de si l’on varie ses repas !). Elle dépend surtout en grande partie de quelques céréales, cultivées puis amenées jusqu’à nous prêtes à consommer, grâce au pétrole. Par contraste, ont pu être recensées en Europe 1600 espèces de plantes sauvages dont on connaît des usages alimentaires historiques. Premier constat : nous avons largement réduit la diversité de nos aliments.

Nous dépendons aujourd’hui entièrement de l’agriculture pour remplir nos assiettes. Or, cette agriculture a environ 10 000 ans. Notre espèce, Homo sapiens, aurait 300 000 ans, et le genre Homo, 3 000 000 d’années. Nous, Hommes modernes, nous sommes donc alimentés autrement durant 290 000 ans. Quand bien même nous considérerions que le développement de l’agriculture fut un progrès (ce qui est remis en cause), force est de constater que celle-ci ne fut pas toujours indispensable à notre existence. Voire, que nous alimenter de cueillette fut un succès évolutif durant des milliers (millions) d’années. « Les plantes sauvages sont les aliments les plus anciens de l’homme et, qu’on le veuille ou non, nous sommes faits pour les manger. » (F. Couplan)

La cueillette sauvage n’a pas disparu de tous les pays du monde et cohabite toujours harmonieusement avec l’agriculture dans différentes cultures, comme en Grèce ou au Japon. En France, les usages alimentaires des plantes sauvages ont subsisté plusieurs siècles, mais se sont fait supplanter par des aliments cultivés exotiques (car presqu’aucun de nos fruits et légumes n’est indigène !). L’étude de l’Histoire nous permet de comprendre que nous avons peu a peu délaissé la pratique de la cueillette sauvage pour des questions religieuses et de statut social. Aujourd’hui, forts de technologies, mais orphelins des savoirs pourtant ancestraux, nous sommes devenus la seule espèce animale incapable de se nourrir de ce que la Nature lui offre gratuitement ! Ré-apprendre ces savoirs semble un premier pas vers une reconquête d’une souveraineté individuelle, et vers la sauvegarde d’un patrimoine culturel de l’humanité, qui nous sera peut-être de nouveau utile…

« De nombreuses mauvaises herbes ne sont autres que d’anciens légumes, oubliés à tort, qui ont nourri nos ancêtres depuis des millénaires. » (François Couplan)